19.2 C
Casablanca
13 avril 2021
FLOTOMOBIL
Essais
Il n’y a pas que la Toyota Prius qui puisse se targuer de jouer la carte du tout écolo ! Cette pionnière en matière d’hybridation devra compter désormais avec la Hyundai Ioniq qui vient de faire son entrée dans le Royaume. Une berline qui a de la ressource comme nous avons pu le constater à l’occasion d’une petite escapade à son volant.

Par David Jérémie – Février 2018

Il n’y a pas que la Toyota Prius qui puisse se targuer de jouer la carte du tout écolo dans son segment! Cette pionnière en matière d’hybridation devra compter désormais avec la Hyundai Ioniq qui vient de faire son entrée dans le Royaume. Une berline qui a de la ressource comme nous avons pu le constater à l’occasion d’une petite escapade à son volant.

On a aimé

  • Habitabilité appréciable
  • Groupe propulseur agréable
  • Rapport prix/équipement

On n’a pas aimé

  • Quelques plastiques durs

C’est ce qui s’appelle faire coup double ! En effet, Global Engines, l’importateur de Hyundai dans le Maroc a inauguré récemment et en grandes pompes sa nouvelle succursale à Marrakech. L’opérateur automobile a profité de l’occasion pour affirmer ses nouvelles prétentions en matière de mobilité propre à l’attention de sa clientèle et a dévoilé en avant-première sa nouvelle arme en la matière : la Ioniq. Pour mémoire, c’est le premier véhicule à disposer de trois types de groupes propulseurs électrifiés sous une même carrosserie, à savoir un modèle hybride, un modèle 100% électrique et une version hybride rechargeable ; de quoi laisser le choix au client en fonction de son utilisation. Un déploiement qui n’est pas dénué d’enjeux, le constructeur sud-coréen ayant tout à bâtir pour faire connaitre et imposer sa technologie au grand public. Hyundai Maroc s’est résolu à n’importer que la variante hybride, animée par un quatre-cylindres essence 1,6 litre GDi de 105 chevaux et par un bloc électrique, la combinaison des deux moteurs permettant d’atteindre une puissance de 141 chevaux. De quoi afficher une consommation moyenne estimée à 3,9 litres aux 100 km, une donne non négligeable pour les particuliers et pour les entreprises soucieuses de l’environnement, certes, mais intéressées par les incitations fiscales liées à ce type de véhicules dont l’annulation des droits de douane et de la vignette.

Bien aménagée

À vrai dire, la Hyundai Ioniq a opté pour une approche assez semblable à celle de la Toyota Prius. Ce qui se vérifie au niveau de ses dimensions, à mi-chemin entre la catégorie des compactes et celle des familiales. Plutôt plaisant, son design dynamique est bien dans l’air du temps. Faut-il souligner que la Ioniq s’est adjugée courant 2016 le fameux prix «Red Dot Design Award». Ce qu’il faut surtout retenir de l’aspect extérieur, c’est son aérodynamisme très soigné, affichant un Cx de 0,24 ; ajoutez à cela le capot, le hayon et quelques pièces en aluminium. Un parti prix qui a le mérite de réduire la consommation et d’améliorer le comportement du véhicule. Combiné à des surpiqûres bleues sur les sièges et à des inserts bleus sur la planche de bord, l’habitacle de notre modèle d’essai joue la touche écolo. La présentation et les matériaux ont été aménagés avec soin, la planche de bord étant bien présentée avec des plastiques moussés sur la partie haute, mais sensible à notre goût aux rayures en partie basse. Par ailleurs, la hauteur sous pavillon est appréciable, tout comme la largeur aux épaules et la longueur aux jambes, notamment aux places arrière. Le volume du coffre flirte avec les 443 litres, les sièges arrière pouvant se rabattre à plat offrant un volume de chargement maximum de 1505 litres. De série, la Ioniq est équipée d’un système audio avec écran tactile LCD 5 pouces intégrant la caméra de recul et d’une connectivité Bluetooth. Possibilité est également donné de charger son smartphone par induction.

La Ioniq se définit comme un véhicule hybride dans la gamme des véhicules de Hyundai. Une berline calibrée pour le confort, bien équipée et surtout disponible à un tarif très attractif.

Calibrée pour le confort

Dès les premiers mètres lors de notre prise en main de la Ioniq aux abords de la palmeraie de Marrakech, c’est plutôt la douceur et la facilité de conduite qui nous a agréablement surpris. Concrètement, pour ce qui est de son principe de fonctionnement, les batteries se rechargent lorsque l’on décélère, au freinage ou via le bloc essence. Ce qui lui permet de rouler en mode électrique et sur quelques kilomètres, chose qui est particulièrement avantageuse, notamment lors des embouteillages, au niveau de la consommation de carburant. Aussi, le combiné d’instrumentation distille de nombreuses informations permettant de gérer au mieux sa conduite. Outre le mode Eco, possibilité est donnée au conducteur d’élever sensiblement le niveau en sélectionnant le mode Sport. Profitant d’une boîte de vitesses à six rapports et à double embrayage, les performances du 1,6 litre GDI semblent correctes, mais il faut avoir le pied léger pour rester sur le mode électrique. À vrai dire, l’engin se destine à une conduite sage, permettant d’apprécier son confort, la douceur de la mécanique et son silence de fonctionnement. Si la gamme des véhicules de Hyundai s’est toujours distinguée par sa grille tarifaire attractive et sa liste d’équipement bien fournie, la Ioniq ne manque pas à cette règle. Une berline dont le tarif de lancement débute à partir de 240 000 DH.

Fiche Technique

Appellation commerciale : Hyundai Ioniq 1,6 L GDI Hybrid
Moteur: 4-cyl. en ligne
Cylindrée : 1580 cm3
Alimentation essence+électrique
Puissance cumulée/Couple : 141 chevaux/170 Nm
Catégorie fiscale : 10 CV
Vitesse maxi : 186 km/h
Boîte de vitesses : Auto.6 rap
Conso. moyenne : 3,9 l/100 km
Emission de CO2 (g/km) : 92
Dimensions : 4,47m/1,82m/1,45m
Volume du coffre : 443 litres

Principaux équipements:

7 airbags, ABS, ESP, aide au freinage d’urgence (AEB), détecteur de sous pression des pneus (TPMS), surveillance des angles morts (BSD), caméra de recul, régulateur/limiteur de vitesse, sièges av. à réglage électrique, système multimédia avec radio CD MP3 et écran tactile 5pouces,

Related posts

Peugeot 301: L’achat malin

David JEREMIE

Nissan Qashqai: Le même, en bien mieux !

David JEREMIE

Citroën C-Elysée facelift: Question de polyvalence

David JEREMIE

Laisser un Commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus

Vous êtes prêt ! Inscrivez-vous à notre Newsletter

Découvrez la Newsletter FLOTOMOBIL

Chaque semaine retrouvez l'essentiel de l'actualité de la gestion des véhicules d'entreprises en vous inscrivant à la Newsletter FLOTOMOBIL :

Cette information ne sera pas partagée avec de tiers parties.