21.3 C
Casablanca
12 avril 2021
FLOTOMOBIL
Essais
Best-seller chez Nissan et initiateur du segment des crossovers depuis 2007, le Qashqai de deuxième génération s’est vu offrir un récent restylage. De quoi lui permettre d’élever son niveau de jeu en matière de confort et d’agrément de conduite en plus d’un rapport prix/équipement parmi les plus avantageux de la catégorie.

Par David Jérémie – Janvier 2018

Best-seller chez Nissan et initiateur du segment des crossovers depuis 2007, le Qashqai de deuxième génération s’est vu offrir un récent restylage. De quoi lui permettre d’élever son niveau de jeu en matière de confort et d’agrément de conduite en plus d’un rapport prix/équipement parmi les plus avantageux de la catégorie.

On a aimé

  • Dynamisme de conduite
  • Rapport prix équipements

On n’a pas aimé

  • Moteur un peu sonore

Trois petites années seulement après son apparition courant 2014, le Qashqai est passé par la case restylage. Il le fallait bien car ne voilà-t-il pas que le succès de Nissan a suscité la convoitise des constructeurs concurrents qui se sont engouffrés, eux aussi, dans ce juteux segment des crossovers compacts. Et c’est bien cela le problème car la part de marché de Nissan a tendance à s’éroder quelques peu, bien que dans le Royaume, le Qashqai résiste admirablement bien. Aussi, cette nouvelle mouture devrait épauler l’importateur de la marque qui espère bien consolider, sinon, dépasser ses prévisions de ventes avec ce modèle. Qu’est-ce qui change vraiment sur ce modèle ? Ce restylage lui permet-il d’évoluer pleinement par rapport à ses concurrents ? Nous avons voulu en avoir le cœur net en prenant le volant de la déclinaison 1,6 litre diesel de 130 chevaux, animée par une boîte de vitesses manuelle à six rapports.

Equipements en cascade

Sur le plan du style, de nouveaux blocs optiques encadrent la calandre en V agrandie. Une nouvelle signature lumineuse en boomerang fait par ailleurs son apparition. A l’arrière, le dessin des feux à LED a été étendu à l’ensemble de l’éclairage, élargissant visuellement l’arrière de l’engin. Ne vous attendez pas à de profonds changements en matière d’aménagements à bord, ce Qashqai restylé se réapproprie le mobilier de son prédécesseur. Toutefois, la présentation est un peu plus cossue avec l’apparition de nouveaux plastiques moussés et la présence d’un nouveau volant à méplat. Aussi, les commandes multifonctions sont désormais plus intuitives et évitent de quitter la route des yeux. Le sens de l’accueil est toujours aussi développé avec un espace très correct aux places arrière. Les bagages sont moins bien lotis, le coffre se voulant l’un des moins vastes de la catégorie (430 litres). Modulable, son volume peut être porté à 1 598 litres en rabattant la banquette arrière. A se pencher sur la liste des équipements de confort et de sécurité gratifiant notre modèle d’essai, soit la version Tekna, on se rend bien compte que cette finition (la plus huppée en somme) est particulièrement bien lotie. Radar de stationnement avant et arrière, alerte de franchissement de la ligne, accès sans clé avec bouton de démarrage, toit panoramique, système Bose… c’est la totale ! La cerise sur le gâteau n’étant autre que des accessoires en rapport avec la conduite autonome, à l’instar de ceux que l’on trouve sur le segment supérieur, comme le freinage autonome d’urgence avec détection des piétons ou le système d’aide au stationnement.

Le Qashqai est passé par la case restylage. Il le fallait bien car son succès a suscité la convoitise des constructeurs concurrents. Aussi, il revient avec force d’arguments.

Belle maturité

Comment faire la différence d’avec la concurrence, outre l’esthétique, l’habitabilité à bord et les équipements, sans toucher aucunement à la mécanique ? Nissan s’est donc attelé à affiner le confort de conduite du Qashqai. La priorité consistait à réduire les mouvements de caisse sur revêtement dégradé. Pour ce faire, les amortisseurs ont été réajustés, l’effet ressort a été diminué et la monte de pneumatiques a été modifiée. Par ailleurs, la rigidité de la barre antiroulis a été augmentée afin de maintenir les performances en termes de maniabilité. En tout état de cause, l’engin nous a paru à son aise en toutes circonstances sur asphalte. Certes la direction nous a semblé légère, condamnant tout mouvement brusque ; peut-être devons-nous nous y habituer. En revanche, la bonne est mettre au crédit du tonifiant 1,6 litre dCi qui ne manque vraiment pas de dynamisme en toutes circonstances.

Il pourrait certes se faire plus discret sur les phases d’accélération, mais sait se faire oublier à allure stabilisée et nécessite que l’on s’arrête rarement à la pompe (5,1 l/100 km en consommation moyenne). Rien à dire sur l’ergonomie des commandes et le levier de vitesse, bien guidés. Le comportement a gagné en efficacité et avec ce moteur, le japonais tient le rythme de ses rivaux, un allant parfaitement maîtrisé par un châssis plus dynamique qu’auparavant. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette deuxième génération du Qashqai restylé monte en gamme et affiche une homogénéité enviable. Si Nissan ne le brade pas (comptez 339 900 DH pour cette finition Tekna), le Qashqai demeure une excellente proposition grâce à son habitacle accueillant, sa dotation en équipements et ses qualités routières qui font toujours référence.

Fiche Technique

Appellation commerciale : Nissan Qashqai 1,6 l dCi
Moteur: 4-cylindres en ligne
Cylindrée : 1598 cm3
Alimentation : Turbo diesel
Puissance/Couple : 130 chevaux/320 Nm
Vitesse maxi : 190 km/h
Boîte de vitesses : man.6 rap.
Conso. moyenne : 5,1 l/100 km
Emission CO2 : 116 g /Km
Dimensions : 4,40 m/1,81 m/1,60 m
Volume du coffre : 430 dm3

Equipements

Finition Tekna : 6 airbags, ABS, VDC, limiteur et régulateur de vitesse avec commande au volant, alerte de franchissement de la ligne, accès sans clé avec bouton de démarrage, écran de navigation avec caméra 3D 360°, système d’aide au stationnement, Start&Stop, contrôle de la pression des pneus, appui-têtes avant actifs, ouverture à distance, «Follow me home», aide au démarrage en côte, vitres électriques, climatisation automatique bizone, banquette rabattable 60/40, volant réglable en hauteur et en profondeur, Rétroviseurs électriques et dégivrants, Bluetooth commandé au volant, feux à LED, Feux arrière effet 3D, contour des vitres chromé, rétroviseurs et poignées ton caisse, connexion USB et auxiliaire Jack…

Related posts

Audi A5 Sportback: Nouvelle partition

David JEREMIE

Nissan Leaf: Plus électrisante !

David JEREMIE

Volkswagen Jetta: Taillée pour convaincre

David JEREMIE

Laisser un Commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus

Vous êtes prêt ! Inscrivez-vous à notre Newsletter

Découvrez la Newsletter FLOTOMOBIL

Chaque semaine retrouvez l'essentiel de l'actualité de la gestion des véhicules d'entreprises en vous inscrivant à la Newsletter FLOTOMOBIL :

Cette information ne sera pas partagée avec de tiers parties.