26.4 C
Casablanca
24 juillet 2021
FLOTOMOBIL
Sécurité routière

Le non-respect du Code de la route, les incivilités quotidiennes et les prises de risques inutiles par les piétons et conducteurs sont autant d’actions dangereuses qui mettent en péril la sécurité de tous, y compris de nos chers bambins. Seule arme à même de réduire cette hécatombe, la sensibilisation qui doit être réellement l’affaire de tous les citoyens.

La sécurité liée au transport de personnes, de voyageurs et d’enfants scolarisés s’inscrit parmi l’une des priorités des Pouvoirs publics. En témoignent les actions de sensibilisation concrètes et régulières menées par le Comité National de Prévention des Accidents de la Circulation (CNPAC) à l’attention de cette cible.

Faut-il se souvenir qu’il y a plusieurs mois de cela, ce même comité de prévention, associé à une grande compagnie pétrolière de la place, avait conjointement élaboré un programme visant à sensibiliser les enfants aux règles et au bon usage des transports scolaires par le biais d’ateliers théoriques et ludiques et par la distribution d’outils pédagogiques.

En outre, les chauffeurs et le personnel encadrant gravitant eux aussi autour du transport scolaire n’ont pas été oubliés. Les bonnes pratiques en matière de sécurité routière leur ont été également rappelées.

Pourtant l’actualité, ponctuée hélas par les accidents récurrents de la circulation, est là pour souligner cette impérieuse nécessité d’éducation et de sensibilisation routière.

Conducteur, un rôle déterminant

L’un des éléments clés sur lequel on peut agir n’est autre que le chauffeur lui-même. Faut-il se souvenir que ce dernier est titulaire, en plus du permis B (véhicule de 8 places maximum non compris le conducteur), du permis D (véhicule de plus de 8 places non compris le conducteur).

«Nous avons hélas sur nos routes une réelle problématique liée au comportement du conducteur qui, d’ailleurs, est responsable à plus de 90% des accidents de la circulation», nous indique ce formateur en sécurité routière.

Il étaye son propos : «le Code de la route est suffisamment clair et précis s’agissant des infractions et des peines encourues ; pour autant certains conducteurs, pour ne pas dire un très grand nombre, ont le sentiment d’être au-dessus des lois, d’où une certaine impunité qui se vérifie par un nombre incalculable d’incivilités routières».

Plus qu’un simple chauffeur, le conducteur transporteur assure avant tout une mission d’accueil et d’information auprès de ses passagers. Auquel cas, sa pratique professionnelle se doit d’être irréprochable. Du coup, la rigueur, la vigilance et la concentration sont indispensables pour mener tout le monde à bon port.

«Vous savez, conduire un véhicule de transport nécessite de la part du conducteur une bonne condition physique», nous explique ce gérant d’auto-école.

«Bien voir et bien entendre sont des prérequis nécessaires avant de prendre le volant d’un bus», poursuit-il.

Des aptitudes qui font l’objet de contrôles réguliers, ne serait-ce que pour prendre le volant. Faut-il rappeler que l’examen médical pour la conduite des véhicules de transport de personnes et de marchandises est obligatoire, d’abord pour passer son permis, ensuite le renouveler tous les deux ans.

L‘absence de ce certificat médical chez les conducteurs professionnels est considérée comme une infraction de première classe, passible d’une amende de 700 DH.

La rigueur, la vigilance et la concentration sont indispensables pour mener tout le monde à bon port.

Des enfants encadrés

Outre le conducteur, le rôle de l’accompagnateur dans le bus pour épauler les enfants durant le transport est tout aussi déterminant. Il est celui qui récupère l’enfant au pied de sa maison, l’aide à monter dans le bus, veille à ce que ce même enfant puisse s’asseoir convenablement, le cas échéant mettre sa ceinture, et ne pas se lever de sa place tant que le véhicule ne soit pas complètement immobilisé.

Aussi, l’accompagnateur doit veiller à ce que l’enfant ne puisse pas sortir ni les bras et encore moins la tête par la fenêtre. De même que le conducteur ne doit pas être distrait par les enfants durant sa conduite. Autre consigne de sécurité dispensée par l’accompagnateur, le fait de ne jamais marcher derrière l’autobus, mais devant pour traverser la rue, sachant que la visibilité vers l’arrière du bus, compte tenu de son gabarit imposant est réduite pour le chauffeur.

Et que dire des parents qui, eux aussi, ont un rôle prépondérant à jouer, notamment auprès de leurs enfants afin de leur rappeler, pour ne pas dire marteler, les règles élémentaires de sécurité. Un somme de petites choses qui, mises bout à bout, pourrait être réellement efficaces.

Related posts

Rond-point ou giratoire ?

David JEREMIE

Infractions routières : Ce que vous devez savoir !

David JEREMIE

Sécurité Routière : Responsabiliser, sensibiliser et former le conducteur

Houda TAZI

Laisser un Commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus

Vous êtes prêt ! Inscrivez-vous à notre Newsletter

Découvrez la Newsletter FLOTOMOBIL

Chaque semaine retrouvez l'essentiel de l'actualité de la gestion des véhicules d'entreprises en vous inscrivant à la Newsletter FLOTOMOBIL :

Cette information ne sera pas partagée avec de tiers parties.